Presse

Alphalink vante son modèle « GVNO »

mardi 12 mai 2015

Alphalink à Pornic annonce un chiffre d’affaires consolidé 2014 de 20,5 M€, en croissance de 20%. Spécialiste de la vente indirecte sur le marché du B2B, l’opérateur télécom (75 salariés) indique avoir toujours été bénéficiaire depuis sa fondation en 1999. Il propose les services nécessaires pour se développer en tant qu’opérateur de télécommunications et, à ce titre, se positionne comme un créateur d’opérateurs virtuels ou GVNO. Innovation constante. Dans un communiqué, Alexandre Nicaise, l’un de ses co-fondateurs, explique ce succès d’une part par la guerre des prix dans la téléphonie mobile qui a malmené les opérateurs virtuels (MVNO), d’autre part par une innovation qui « n’a jamais autant offert d’opportunités commerciales, techniques et financières » avec, à la clé, de nouveaux services tels que la communication unifiée ou la convergence fixe-mobile. « Conséquence, les offres fondées sur les seules performances du réseau sont révolues. » Système d’information. Sur le marché des entreprises, le dirigeant estime que « les opérateurs ont compris que les lourds investissements réseaux ne leur permettront pas de se démarquer de la concurrence » et préfèrent désormais se concentrer sur leur système d’information, devenu « la clé de la gestion efficace de l’abonné ». Et de conclure : « C’est dans ce contexte qu’est née la génération des global virtual network opérateur (GVNO). Brisant le traditionnel découpage de l’activité télécoms en silos (mobile, accès haut débit, RTC…), forts de la connaissance du métier de leurs clients, attentifs au sens du détail nécessaire à la compétitivité de leurs clients, ils proposent aux entreprises une offre répondant à l’ensemble de leurs besoins. Ils détiennent les clés du coffre de la croissance.