Presse

Lycée : des extensions… déjà

lundi 10 juillet 2017

Situé à Pornic, l’établissement prévu pour 850 élèves en accueille aujourd’hui 1093. La Région investit 1,7 million d’euros pour des extensions qui ne suffiront pas.

À l’ouverture en septembre 2013, le lycée comptait 720 élèves. Aujourd’hui, ils sont 1 093. L’établissement, qui accueille des lycéens d’une vingtaine de communes du Pays de Retz, a été conçu il y a quatre ans pour 850 élèves. Autant dire qu’il arrive à saturation.

Sud-Loire sous tension
Les agrandissements étaient déjà envisagés peu de temps après son inauguration en 2013. La nouvelle majorité de la Région dit avoir accéléré le mouvement. Deux extensions sont en cours aux deux extrémités de l’établissement. Soit cinq classes et une salle de travaux pratiques qui seront utilisables dès le mois de novembre. Mais Antoine Chéreau, élu régional et président de la commission éducation et lycée, l’admet : « C’est une réponse sur trois à quatre ans. Le Sud Loire est un des territoires où la tension est la plus forte. » En cause « Lecroissance démographique a été plus rapide que ce qu’avaient prévu les études Insee, a souligné l’élu lors de la pose de la première pierre lundi 26 juin. Dans notre région, beaucoup de familles sont arrivées. Et ça l’Insee ne l’avait pas prévu. »

En février, un collectif de parents d’élèves « Pour un nouveau lycée public Sud-Loire » avaient tiré la sonnette d’alarme (Lire Le courrier du Pays de Retz du 10 mars). La nouvelle majorité a engagé des études démographiques, « bassin de vie par bassin de vie », et sur la capacité d’accueil des lycées plus anciens. En décembre prochain, la Région présentera sa stratégie au budget primitif 2018 pour accueillir, au niveau des Pays de la Loire, 10 000 élèves de plus que prévu en 2024.

« On est très confiants pour la rentrée 2017 sur l’ensemble de la région. Avec les extensions, on pourra absorber le nombre de lycéens à court et moyen terme, assure l’élu. Et dans le futur, il y aurait une réponse adaptée pour le sud-Loire. » De là à affirmer qu’il y aura un nouveau lycée sur le Pays de Retz, rien n’est moins sûr.

Et le post-bac ?

« C’est le seul lycée de plus de 10 000 élèves qui n’a pas de formation post-bac », lance le proviseur Christian Allard. « Si un BTS se crée ici, je sais déjà que des entreprises, comme Alphalink par exemple, seraient prêtes à faire des contrats par alternance », affirme le maire de Pornic Jean-Michel Brard. Pour Antoine Chéreau, « ce n’est pas envisageable en l’état des choses actuel ».

Marion Vallée, Le Courrier du Pays de Retz